samedi 10 janvier 2015

Mélusine et Philémon, tomes 1 & 2 de Corinne de Vailly



Royaume latin de Jérusalem, août 1174. De mystérieux messagers se présentent au couvent Saint-Lazare. La princesse Sybille doit rejoindre au plus vite son père mourant, le roi Amaury. Chemin faisant, la jeune fille et sa petite escorte tombent dans une embuscade. Pendant l’assaut, le page Philémon aperçoit le regard bleu intense de l’un des agresseurs. Pourquoi s’acharnent-ils à tenter de dérober la cassette que les messagers ont confiée à la princesse ? Le complot se précise quand le garçon surprend une conversation entre Raymond de Tripoli et Arnulf, un chevalier teutonique. Mais les conspirateurs n’entendent pas laisser en liberté un témoin aussi gênant. Philémon sera désormais la cible de toutes les attaques. Sauvé de justesse alors qu’il a été laissé pour mort, le page doit être mis à l’abri. Sa tante et son maître d’armes s’entendent pour le renvoyer dans le royaume de France, auprès de son père, car la vie de Philémon est plus précieuse que ce que lui-même pourrait soupçonner : il est l’un des descendants de la fée Mélusine ! Mais le page ne voit pas d’un bon œil ce départ, lui qui s’est épris de la jolie princesse pourtant promise à un autre… Un roman palpitant, qui nous fait aussi découvrir la fabuleuse légende de Mélusine !

http://amzn.to/2pkgwyU
Clique ici pour acheter le livre

Mer méditerranée, Automne 1174. Pour se soustraire à ses ennemis, Philémon embarque sur un navire en direction de Marseille, en compagnie de son cousin le chevalier Grégoire d'Irfoy. De nombreux événements viennent bientôt troubler leur voyage. Deux mystérieux mercenaires semblent à la fois surveiller et protéger les jeunes gens. Quel est donc cet Ordre de l'Épée dont Philémon découvre l'existence par un vieux parchemin? Et Grégoire, quel jeu joue-t-il? Petit à petit, le page prend conscience de son lourd héritage et se sent guidé par la fée Mélusine sur la piste de l'anneau du Diable.



http://amzn.to/2oYvXdp
Clique ici pour acheter le livre

Clique sur l'image pour lire la chronique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire